La lettre ouverte de Marie-Pierre. D'une sœur à sa sœur.

Après les dizaines de lettres ouvertes pour nos proches publiées ici, aujourd'hui, c'est avec beaucoup beaucoup d'émotions que je vous partage une lettre ouverte écrite par un "proche". Notamment une lettre écrite par une sœur pour sa sœur actuellement en parcours PMA.


Parce que la PMA n'implique pas que la femme et le couple mais aussi tout leur entourage, je trouve ça essentiel de partager également les mots et les maux des nos proches. Ce n'est pas facile de trouver ces proches capables d'écrire et prêts à poser sur papier leurs expériences. Mais, Marie-Pierre m'a sollicité pour le faire, peut-être parce qu'elle aussi a vécu la PMA, il y a 10 ans et qu'elle sait à quel point les mots peuvent panser et soutenir. Merci infiniment.


Pour nous en PMA, je crois que c'est important d'avoir ce point de vue extérieur de proches. Comment vivent-ils ce parcours de l'extérieur ? Comment vivent-ils se sentiment d'impuissance eux aussi ? Comment se questionnent-ils pour savoir comment réagir, quoi dire, quoi faire ? Quelles émotions les traversent en nous voyant nous effondrer parfois ? Ou en nous voyant nous isoler aussi ? Je ne sais pas si ces questions ont des réponses. Mais, je sais que les mots sont puissants et qu'ils peuvent apporter le temps d'un instant au moins l'apaisement, l'amour, la tendresse et la bienveillance qui permet d'avancer malgré tout.


Ces lettres sont rédigées par des proches de femmes et couples en parcours PMA dont chaque histoire est unique. Elles révèlent des maux qu'ils ont exprimé par leurs propres mots. Toutes ces lettres sont dictées par l'amour aussi. Elles reflètent la réalité de leurs vies, soyez indulgents, là encore ces proches nous livrent une partie de leurs âmes dans l'espoir de lever certains tabous et de libérer nos paroles communes.


Je suis là pour toi ma sœur !


Je suis là pour écouter ta tristesse, entendre ton désarroi et ton découragement dans ce parcours long et difficile. Je suis là pour t’entourer de tout mon amour.


Ce parcours, je l’ai traversé, il y a de cela 10 ans.