L'interview questions-réponses de Lara, notamment professeur de Fertility Yoga et 8 ans de PMA,

Pour cette deuxième interview, j'ai le plaisir de vous partager une partie de l'histoire de Lara (que vous pouvez retrouver sur instagram @larahappyyoga. Cet interview est longue car nous abordons plusieurs sujets très intéressants : la prise de poids en PMA (+18kg), le don d'ovocyte, la pratique de plus en plus reconnue du fertility yoga et la différence avec le yoga de la femme (c’était une de mes grande interrogation - comment distinguer les différents types de yoga utiles dans nos parcours). Nous parlons également du fait d’être heureuse au travail lorsque l'on est en parcours PMA et que l'on doit concilier plusieurs pans de sa vie, de cette question si difficile « comment renaît-on d'une fausse couche ? » ou bien encore de la phase de questionnement et du deuil d’avoir peut-être un jour un enfant.


Si cette rubrique vous plaît, n'hésitez pas à partager et à  laisser un commentaire.



Aurélie, Mon Arbre pour la Vie

Peux-tu te présenter en quelques mots ?


Bonjour, je m’appelle Lara -Padmavati étant mon nom de yogini-, j’ai 37 ans, je vis avec mon époux et Ikki, golden retriever de 6 ans dans un ancien corps de ferme dans les Yvelines entouré de foret.


Peux-tu nous raconter ton métier ou ce qui occupe le plus tes journées ?


Née dans le sud-est de la France -petit village de la Drôme provençale, je suis partie continuer mon DEA d’égyptologie sur Paris. Amoureuse du sud-ouest (Landes & pays basque, pays de mon époux), je suis passée de retail manager à directrice de galerie d’art.

J’anime des bains de foret chamanique dans les Yvelines, je donne des cours de Fertility Yoga dans le studio de Charlotte Muller (@lalocharlotte), je suis une Happy yoga teacher, entrepreneuse, experte en Bonheur au Travail et j’ai fondé Happy Yvelines, antenne de la Fabrique Spinoza Think tank sur le bonheur citoyen au Quai des Possibles.


Quand je ne suis pas sur les routes parisiennes pour animer des ateliers, conférences, séminaires et formation sur la qualité de vie au travail, des méditations, des bains de foret dans les Yvelines, je me promène - shinrin-yoku- et médite, fais du yoga dans la forêt à côté de la longère dont je suis tombée amoureuse dans les Yvelines. Oui, j’aime les veilles pierres avec une histoire… un souvenir de mes études en Égyptologie et tradition familiale sûrement.


J’écris mon premier livre qui sort cette année… chut pour une belle maison d’édition…et vous pouvez me retrouver régulièrement sur des podcasts ainsi que dans vos magazines préférés en kiosque - rubrique yoga, méditation et préparation mentale - je participe également à la fondation Karuna-Shechen créée par Matthieu Ricard et également aux yogis du cœur avec l’Association Mécénat Chirurgie Cardiaque pour 2 belles causes chères à mon cœur.


J’adore refaire le monde autour d’un thé chaï avec des amies et découvrir de nouvelles cultures et cuisines, ainsi que passer de belles soirées à dévorer des livres au coin du feu – serial lectrice assumée (rires). Je cultive précieusement le bonheur au quotidien, et je fais de mon mieux pour transmettre ma lumière.


3 mots pour définir ta personnalité ?


Solaire, audacieuse, passionnée.


Comment définirais-tu ta relation avec ton compagnon ? Depuis combien de temps êtes vous ensemble ?


Nous nous sommes rencontrés à Montpellier pendant nos études. Je dirais que nous fusionnels avec un grand espace de liberté, mettez 2 surdoués ( ou hauts potentiels 😊) hyperactifs et sportifs ensemble, un basco-landais né à Béziers avec une franco-italienne….. cela fera 18 ans en 2020 que nous sommes ensemble… mariés depuis 4 ans …..(j’ai mis 14 ans à lui dire oui !) donc couple fusionnel avec un grand respect et liberté pour nos passions : lui : running, trail, marathon – donc vie de sportif - et moi : partir en ashram yoga, monastère régulièrement avec une activité pro très dense !


Peux-tu nous résumer rapidement votre parcours pour avoir un enfant avant la PMA et PMA (IAC, FIV, TEC etc) ?


1 an d’arrêt de pilule puis après examens :

5 FIV ICSI – époux OATS (oligoasthenoteratospermie sans explication)

4 FIV ICSI en France dans le privé et une FIV ICSI avec donneuse à Barcelone

4e FIV ICSI dans le privé en France s’est soldée par une hyperstimulation non détectée et torsion ovarienne (hospitalisation en urgence)


Comment as-tu vécu le fais d’entrée en PMA ? Que signifie PMA pour toi ?


Pour moi, j’ai été assez stupéfaite du manque d’accompagnement – il y a 8 ans - et période très dure pour mon époux, cela nous a rendu fort dans notre couple.


Vous avez, après 5FIV ISCI, fait appel à une donneuse, comment vis-tu le fait d’avoir recours à une donneuse ?


Cela m’a pris presque 2 ans …..suite aux discours du corps médical français "à 34 ans vous êtes trop âgée c’est pour cela qu’aucun de vos embryons ne s’accrochent", heureusement que mon époux était présent avec moi à ce rdv car je crois que je lui aurais mis mon poing dans la figure à l’époque…


Sachant que de mon coté, bonne réserve ovarienne, et tous les examens RAS, je suis un traitement pour mon hypothyroïdie avec un taux de TSH stabilisé, du caryotype à l’hystérosalpingographie / Hystérographie RAS.

Après en France, le corps médical mets en avant l’éthique... Je comprends… c’est vrai que pour choisir une donneuse, le centre en Espagne sélectionne quelqu'un qui a le même niveau d’étude, même couleur de peau, cheveux et d’autres critères...


Quel message transmettrais-tu à votre « donneuse » ?


MERCI du fond du cœur, merci car je sais ce que c’est de passer par une stimulation puis une ponction ovocytaire, anesthésie générale avec les hauts et bas provoquées par les hormones, donc un grand merci pour ce don.


Que penses-tu de la levée de l’anonymat qui fait débat dans la loi de bioéthique actuellement en cours d’étude au Sénat ?


Cela me semble une belle avancée, comme pour les parcours d’adoption que l’enfant puisse accéder à ces informations à sa majorité s’il le souhaite.


Tu as vécu une fausse couche en février 2019, quelles émotions as tu ressentis ? Comment as-tu fais face ?


Dur, très dur, se retrouver seule sous la douche et perdre tout ce sang, ce petit bout de chair et 2 jours après le 2e... Pas de mot, j’ai hurlé, un hurlement sauvage et je me suis réfugiée dans le travail, c,’est à cette période là que les contacts avec 2 maisons d’édition se font pour un livre et que je commence à écrire régulièrement pour des magazines…


Accoucher autrement, créer d’une autre manière, j’écris des textes pour des programmes/application de méditation et sophrologie ( podcasts, applications et digital learning corporate).

Cela fait à peine un an... Et nous avons également débuté le process d’adoption même si le parcours est long... Je ne sais pas nous allons le poursuivre...


Est-ce que la PMA et ces 8 années de parcours ont changé / change quelque chose dans votre couple ? Et dans ta manière d’être ?


Oui, j’ai fait du tri dans mon entourage, j’ai mis fin à des relations amicales toxiques, à des relations pro qui ne me convenaient plus…


Ce que l’on peut offrir de plus précieux lors de notre vie sur terre est notre temps, et je choisis donc de l’offrir à ce qui est important/précieux pour moi et qui respecte mes valeurs.

Dans notre couple, cela nous a renforcé, nous vivons ensemble depuis 18 ans et nous essayons de respecter l’espace de liberté indispensable à l’épanouissement de l’autre.


Tu m’as évoqué le fait d’avoir pris 18kg lors de ton parcours PMA, comment as-tu vécu cette transformation physique « imposée » par un tel parcours médical ?


Oui, toutes les prises d’hormones, et l’arrêt de la cigarette… Plus l’hypothyroïdie qui s’est déclarée en milieu de parcours PMA = 18 KG...

Le yoga salvateur... titre révélateur du chapitre qui m’est consacrée - livre de Maxime Fourny sur l’audace chez Eyrolles. Le yoga m’aide chaque jour, il me permet d’être une femme debout – à l’image de la sculpture de Giacometti.


En 2019, j’ai eu l’opportunité d’être photographiée et filmée par Mathilde (fondatrice I’M PERFECTION) habillée en Chantelle pour le salon de la lingerie 2020 avec d’autres femmes dans un mood BODY POSITIVE. Bon je n’étais pas très à l’aise au départ et voir mon corps en gros plan... Bref, l’équipe de tournage et photo ainsi que Mathilde avait une regard doux et bienveillant, ils me voyaient en lingerie et en fait tout s’est super bien passé, ils m’ont même dit "tu as une magnifique cellulite est ce que l’on peut faire des gros plans" et la déclic, ok mon corps est aussi mon chemin de vie, je l’aime pour tout ce qui l’a pu supporté, pour chaque cellule qui me porte au quotidien. Et le nombre de messages que j’ai eu suite à ces qq photos, émue rien que d’y penser. Même de mannequins ! Pour me remercier de ce que je représentais. J’ai également participé à un beau cours l’année dernière pour les yogis du cœur dans l’orangerie du château de Versailles, et l’équipe m’a demandée de guider le cours sur un podium. Le moment de stress passé, eh bien j’accueille car tout est juste, la vie m’apportait exactement ce dont j’avais besoin, merci mon corps. Et puis maintenant on me reconnait grâce à mon fessier rebondi et mes boucles blondes dixit une amie qui m’a appelée dès qu’elle m’a vue sur un journal TV - je t’ai reconnu avec tes courbes et tes boucles blondes - mon corps est mon atout, je l’ai réalisé et je l’aime encore plus.


Tu es donc aussi professeur de "Fertility Yoga" auprès de Charlotte Muler à Paris, et tu m’as parlé du "yoga salvateur". Qu’est-ce que le "Fertility yoga" ? En quoi est-ce salvateur ?


Le fertility yoga dérive d’une démarche scientifique récente et 100% nord américaine. Avant de le formaliser, la docteur Alice Domar consacre des années à mesurer l’impact des modes de vie contemporains sur la fertilité, main dans la main avec l’école de médecine de l’Université d’Harvard. En couronnement de ses recherches, la psychologue de Boston établit en 2010 le lien décisif entre stress et infertilité.


Elle œuvre dès lors à faire acter cette corrélation par le corps médical. En parallèle, elle montre les bénéfices du yoga sur la fertilité des femmes qui s’engagent dans une FIV. D’où son idée d’élaborer un programme spécifique s’adressant au corps et à l’esprit des aspirantes à la grossesse. C’est la naissance du fameux fertility yoga : un mix de postures de hatha yoga assorti d’un régime alimentaire et d’un mode de vie qui favorisent la procréation.


Le yoga salvateur…. Le titre du chapitre que Maxime Fourny a consacré à mon parcours dans son livre sur l’audace. J’ai découvert le titre après l’interview, et je commence à en réaliser la justesse un an après la sortie du livre, le yoga m’a permis de me relever à chaque fois, physiquement, moralement, émotionnellement. Je pratique l’écologie intérieure, être alignée verticalement avec moi-même stable sur mes 2 pieds comme dans la posture de la montagne -tadasana- comme un bambou qui peut se plier, perdre des feuilles mais qui est là, solide et bien ancré malgré toutes les tempêtes, et alignée horizontalement avec le monde comme dans la posture de la guerrière 2 Virabhadrāsana.


Si des personnes se posent des questions sur les retombées "concrètes" de cette pratique, que pourrais-tu leur dire pour les convaincre de tester une séance ?


Ses séquences posturales spécifiques favorisent les mouvements du féminin ; ceux qui dirigent l’énergie vitale vers le bassin, améliorent l’ouverture des hanches et harmonisent la communication entre la glande pinéale et les ovaires. Les postures activent la circulation sanguine jusqu’au bas ventre et plus particulièrement les ovaires, grâce à une respiration abdominale.

Basse et lente, cette dernière équilibre le mental et le système endocrinien. Elle booste la sécrétion de sérotonine par l’intestin et active le système nerveux parasympathique, ce qui rend la pratiquante plus résiliente à toutes les formes de stress. "On sort très souvent le ventre gonflé d’un cours de yoga de la fertilité. C’est normal et c’est une bonne chose", décrit Charlotte Muller.


Quelle différence il y a entre le "fertility yoga" et le yoga de la femme par exemple ? Ou les autres pratiques de yoga. Le yoga est en pleine expansion et il y a beaucoup de noms de pratique, il est parfois difficile de se repérer.


Cette question tombe bien, j’ai été formée également en yoga de la femme par Tatiana Elle et j’enseigne les 2 pratiques !


Particularité du fertility yoga : il se pratique de manière différenciée en début et en fin de cycle. Les femmes dont le cycle est situé entre J5 et J14, juste avant la période d’ovulation, opteront pour le cours dit dynamique, qui cible une mobilité plus soutenue du bassin.


L’autre version, plus douce et méditative, est recommandée en deuxième partie de cycle pour celles qui veulent tomber enceinte ou souffrent de problèmes d’endométriose et de douleur ovarienne.

Contrairement au yoga de la femme il n’y a ni torsion ni compression et la respiration est douce.


Sur la partie BtoB, tu interviens dans les entreprises sur la thématique du "bien-être en entreprise". Connaissant les coulisses d’un parcours PMA, quelle est ta vision sur l’entreprise et sur les femmes qui sont dans ce parcours et qui doivent faire avec une entreprise / un employeur peut conciliant sur le rythme imposé par un tel parcours ?



Je n’ai pas de conseil général à donner, je pense que c’est à chacune en fonction de son parcours de se faire confiance et d’écouter les signaux de son corps : fatigue, stress etc… notre corps est le meilleur professeur.


Pour mes premières FIV ICSI, je n’ai pas forcément écouté mon corps. Et par la suite, j’ai changé de vie, nous avons déménagé à la campagne dans les Yvelines, le matin je me lève et je peux me balader dans la forêt, voir les chevaux des voisins. J’ai changé de métier.


Si vous avez envie et besoin de poser des RTT et congés pour suivre le traitements PMA faites-le, si au contraire vous avez envie de continuer à vivre normalement, c’est ok aussi en limitant bien sûr les sports cardio à impacts et en privilégiant une bonne hygiène de vie.


Idem, fiez-vous à votre ressenti, si vous avez envie d’en parler au travail ou pas.

Le plus important, respectez vous et écoutez vous, c’est votre corps, donc ce sont vos choix !


Aurais-tu un "conseil" à donner pour être heureux au travail tout en conciliant travail et parcours PMA justement ?


Se respecter, écouter son corps, ses besoins, ses valeurs, chaque parcours PMA est unique, car chaque femme est unique avec son propre chemin de vie, et également pouvoir s’appuyer sur des collaborateurs/trices est également un grand soutien au quotidien quand on revient de ses examens, echo.


Et mon conseil, ne pas s’oublier dans ce parcours PMA, ne pas faire que cela. Entrer en parcours PMA ne signifie pas dormir, manger, vivre uniquement PMA.


  • Lara nous propose même un petit exercice d'auto-coaching sur son équilibre et domaines de vie. Je ferai un article dédié très vite.


Lors de votre parcours PMA, et au delà du yoga, as-tu mis d’autres "choses" en place en parallèle des protocoles médicaux pour essayer de vivre plus sereinement ce parcours ? Si oui peux-tu nous expliquer ce que tu avais / as mis en place et ce que cela t’a apporté / t’apporte ?


Je suis suivie par un acupuncteur – Elodie Garamond, fondatrice des studios de Tigre Yoga Club (livre "Du chaos naissent nos étoiles").

Je me fais masser (en bonne Pitta-vata) régulièrement selon des protocoles d’ayurveda par une merveilleuse praticienne.

Je fais également au moins une fois par an une "retraite" silencieuse type vipassana ou dans un monastère bénédictin.

Je médite chaque jour même quelques minutes, cela m’est vital, comme une hygiène pour mon mental.

Et puis si j’ai envie de couper le téléphone, déconnecter une journée entière et pratiquer le bain de foret -  shinrin-yoku, je le fais. J’ai appris à écouter mes besoins et comme j’ai testé beaucoup de thérapies… Et bien j’ai décidé d’en faire mon métier et je me suis formée en sophrologie, méditation, yoga, respiration et yogathérapie.


Aujourd’hui, votre parcours est peut-être bientôt fini. Etes-vous déjà dans une phase de faire le deuil d’un enfant ? Comment vis-tu ce chemin ?


Je le suis pour ma part, mon époux fils unique, enfant de parents chacun enfant unique, n’est pas encore dans cette démarche, j’ai été quelques peu effarée par le business de l’adoption. Après l’éthique de faire appel à une donneuse, l’impression d’acheter un enfant - ressenti personnel.

Nous nous laissons encore une possibilité une dernière FIV IMSI avec ou sans donneur/se en 2020/2021.


Pour toutes personnes actuellement en parcours, je pense qu’il est très difficile d’imaginer devoir faire ce deuil. Quels "conseils", quels mots bienveillants avec ton expérience et ton recul pourrais-tu donner ?


Pas de mot, pas de conseil, se laisser le temps, tout le temps nécessaire et ne pas vivre et respirer uniquement PMA.


Durant ces 8 années de parcours, comment vis-tu les annonces de grossesse ?


Au début et pendant le parcours très mal et c’est normal d’avoir ce type d’émotion, après nous avons le choix de ne pas être que dans notre émotion, le droit de la vivre pleinement sur un temps donné : tristesse, colère, frustration.


Aujourd’hui je suis sereine, je pense que ces 8 années ont été riches d’enseignement (la méditation et l’étude du yoga ainsi que de sa philosophie).


As-tu déjà eu des phrases maladroites, si oui comment as-tu géré la situation ?


Oui ! J’ai eu des envies de casser un saladier rempli de salade de fruits sur quelques têtes pendant des fêtes de fin d’année. Les 4 accords toltèques (livre) m’aident énormément au quotidien.


Cela sera à travers ton regard et tes mots, sais-tu comment ton compagnon a vécu ce parcours avec toi ?


Ce sont surtout les 4 anesthésies générales (pour les ponctions) et l’hyperstimulation – il m’a vu souffrir énormément, je lui ai même demandé de m’assommer avec une encyclopédie tellement je souffrais. Je sais qu’il ne supporterait pas de me voir souffrir autant à nouveau.


Pour toi, que veut dire confiance ?


Shraddha - en sanskrit - c’est une immense force, une immense foi, une confiance, une détermination qui pousse au delà de tout et vous fait passer par dessus tous les obstacles.

La confiance en soi, c'est en nous que ça se passe. À l'intérieur.


Non seulement on se compare mais en plus on se juge durement. Bref, on ne s'épargne rien.


Retrouver la confiance en soi, ce n'est pas être mieux que les autres. Ce n'est pas se sentir supérieur. Retrouver la confiance en soi, c'est savoir trouver sa place dans la vie et l'assumer. C'est être juste avec soi-même comme avec les autres.


Que veut dire lâcher prise ?


Vairagya - en sanskrit - ce concept est introduit dans le livre fondateur du Yoga, Les Yoga sutras de Patanjali, avec le 12ème sûtra.


Patanjali nous dit dans ce sutra que le chemin pour parvenir à l’état de yoga passe à la fois par la pratique (abhyassa) et le lâcher-prise. Deux dimensions inséparables. Investir la pratique sans travailler en parallèle le lâcher-prise va certes nous permettre de réaliser des postures sophistiquées, parfois spectaculaires, mais ne nous permettra pas de progresser sur un chemin d’unité. Nous resterons dans le domaine de la volonté, dans une logique d’acquisition, de performance.


La pratique approfondit pas à pas le lâcher-prise et le lâcher-prise permet lui, en retour, d’aller plus loin dans la pratique, de s’ancrer davantage dans une profondeur d’être.


Un cheminement qui nous rend peu à peu plus libre, plus détaché de ce qui est superficiel, de ce qui nous entrave, nous enchaîne et qui nous permet aussi de trouver nos points d’appui en nous et non à l’extérieur de nous.


Tu parles du fait que nous sommes des « guerrières de lumière », je trouve l’image magnifique, as-tu envie d’en dire plus sur cette vision ?


"Votre cœur voit par sa propre lumière. En méditation, adorez le feu subtil. La lumière qui illumine votre chemin C’est la lumière qui vient de l’intérieur". Yukti 14, Vijnana Bhairava Tantra.


Tu as pu découvrir le projet que j’ai créé, Mon Arbre pour la Vie est parcourir le site, les mots et le regard que j’essaie de transmettre. Est-ce que cela te parle ?


Complètement, associer la PMA à l’écologie du soi : la spiritualité, les rituels, cela rejoint mon parcours et ma philosophie de vie ainsi que ce que je transmets en fertility yoga : la création avec l’arbre de vie à personnaliser ( aligné avec soi : les racines, avec les autres : les branches, VRIKSHÂSANA, la posture de l’arbre en yoga, est l’asana de l’équilibre… L’arbre représente un symbole universel qui symbolise l’union des énergies de la Terre et du Ciel, il est le lien entre les forces matérielles et les forces spirituelles. Ses racines sont synonymes d’ancrage et représentent l’énergie que l’on puise dans le monde matériel. Sa cime représentera l’ouverture et la conscience. Les changements que l’arbre peut subir avec les saisons, s’associent aux modifications que chacun peut connaître dans sa vie comme un mandala), l’accompagnement méditatif au quotidien, et les cartes étapes. BRAVO et merci pour ce bel accompagnement ! – il manquerait presque quelques séances de fertility yoga et de fertility breathwork pour un accompagnement complet 😊


As-tu des regrets sur ce que vous avez déjà vécu à travers la PMA ?


Aucun, je pense en tant que yogini (praticienne yoga), que tout est juste, aligné, le karma que l’on déroule dans cette incarnation terrestre est le résultat de nos anciens karmas et nourrit également notre futur karma.


As-tu une phrase « boost » au quotidien, un mantra qui t’aide à avancer ?


Je suis une guerrière de lumière 😊


As-tu un livre sur le sujet de l’infertilité, de la PMA ou du développement personnel à nous conseiller ?


  • Félicitations, c'est une FIV !  en début de parcours

  • PMA et médecines complémentaires - Réparer nos fractures émotionnelles ou traumatiques. Je recommande +++


As-tu 3 comptes instagram à recommander lors d’un parcours PMA ?





Newsletter

Livraison offerte à partir de 150€ de commande

Paiement sécurisé

Visa, Mastercard

Livraison France, Belgique, Suisse et

reste du monde

Pensé par et pour la PMA,

procréation médicalement assistée

Fabriqué en France

avec amour et bienveillance

mon arbre POUR LA VIE

Trouver un soutien spirituel et symbolique

pendant la période de vie difficile d'un parcours PMA, procréation médicalement assistée.

SUIVEZ MON ARBRE POUR LA VIE SUR :

  • Mon Arbre pour la Vie instagram
  • Mon Arbre pour la Vie facebook