Accepter, lâcher, vivre, accueillir

Mis à jour : 6 févr. 2020

Les mots ont du mal à s’écrire...

Peut-être parce que les maux profonds se sont envolés.

Peut-être parce que le cœur brisé, dont les brèches laissaient passer le poison qui paralysait ma vie, a fini de fuir.


  • Prénom : Léna

  • Instagram : @life_love_pma_ecaetera

  • Région : Nîmes

  • Centre : Saint Roch (Montpellier)

  • Profession : Infirmière

  • Entrée en PMA en : 2017

  • Fin PMA : d'ici quelques mois

  • Envie de bébé depuis : décembre 2016

  • Bébé prévu pour : juillet 2019

  • Quels « soucis » d’infertilité / hypofertilité avez-vous : Stérilité tubaire, ablation des deux trompes suite à deux GEU. Je souffre également d'un syndrome méconnu (Fitz-Hugh-Curtiz) et d'endométriose.

  • L’examen que tu as détesté le plus depuis le début : l'échographie endo-vaginale aux urgences pour ma 2ème GEU. L'hémorragie interne a rempli de sang la zone située entre l'utérus et le rectum qui s'appelle le cul-de-sac de Douglas. Lorsque l'interne a touché cette zone avec la sonde j'ai poussé un hurlement d'effroi, la souffrance, la douleur, étaient telles que j'avais l'impression de sortir de mon propre corps. Ce cri est connu et a un nom " Le cri de Douglas", des femmes inconsciente le poussent si elles subissent la même chose ! Je suis restée traumatisée par ce moment de ma vie. D'autant que je luttais pour ne pas tomber dans les pommes avec la sensation que j'allais mourir. Mon ventre se gonflait. La morphine administrée en perfusion n'a servi à rien car elle n'a aucun effet sur l'hémo-péritoine, "la seule chose qui soulage est l'anesthésie générale", je cite le chirurgien.

  • Pratiques-tu des médecines alternatives pour mieux vivre ce parcours, si oui lesquels : Homéopathie qui a toujours fait partie de ma vie, huiles essentielles, acupuncture, psychothérapeute, ostéopathie.

  • En PMA pour mon pr